De Windows 10 à Solus ?

Bah dis donc, que de changements ces derniers temps ! Après De PluXml à WordPress et De Windows Mobile à Android, ne manquait plus que le changement d’OS sur mon poste de travail.

 

Solus Budgie Desktop

 

Pourquoi quitter Windows 10 ?

Pour faire simple : je commence à m’ennuyer un peu sur cet OS. Tout y tourne si parfaitement que je finis par ressentir une certaine lassitude. J’ai donc simplement envie de voir si l’herbe est plus verte ailleurs. Les distributions GNU/Linux, je connais et suis à l’aise avec, donc pourquoi pas ?

 

Pourquoi Solus ?

Pour l’environnement de bureau (DE) Budgie bien sûr !

En effet, la plupart des DE que j’ai pu tester ne me conviennent pas / plus :
Gnome 3 : inutilisable à mes yeux. Chaque fois que j’installe une distribution embarquant Gnome, je perds du temps à installer des extensions pour modifier l’apparence du bureau. Conclusion : si c’est pour dénaturer Gnome, c’est peut-être simplement que cet environnement n’est pas fait pour moi.
KDE : malgré toutes les qualités que je trouve à KDE, je n’accroche pas. Trop de menus, trop d’options… bref, je n’y arrive pas. C’est totalement subjectif mais c’est comme ça.
Cinnamon : je n’ai jamais accroché à Linux Mint et sa couleur verte omniprésente, beurk. Les goûts et les couleurs…
Xfce, Mate : euh… on est en quelle année là ? Je préfère les environnements de bureau un tant soit peu moderne.
– Je ne vais pas passer en revue tous les environnements de bureau que j’ai pu tester mais pour résumer, aucun ne m’a convaincu.

Reste un des petits derniers : Budgie. Sa principale qualité : moderne tout en restant traditionnel. Certes, il reste encore pas mal d’angles à arrondir, le projet est jeune, mais ça reste un bureau extrêmement agréable à utiliser. Il est joli et « presque » ergonomique.

 

De Windows 10 à Solus ?

Cela ne va pas vous surprendre mais à vrai dire : non !

Si la transition d’un OS à l’autre est aujourd’hui relativement aisé vu que j’utilise principalement des outils multiplateformes, quelques logiciels restent difficile à remplacer, leurs équivalents libres n’étant pas toujours à la hauteur :
OneNote : J’ai testé pas mal d’équivalent mais je dois dire que je n’en ai pas trouvé un seul qui lui arrive à la cheville.
– Outlook 2013 : Thunderbird + thème Monterail font presque l’affaire mais ce n’est pas encore ça
MySQL Workbench : Dbeaver, intéressant mais bien moins ergonomique.
– OneNote : ah ? Je l’ai déjà dit ?

De plus, un détail ergonomique (d’où le « presque » d’un paragraphe précédent) me chiffonne encore plus : la non uniformité des polices de caractères (tailles et polices). Sous Windows 10 ou même MacOS, tout est uniforme. Sous Solus, chaque application semble embarquer et gérer sa police de caractères comme elle l’entend (ex. Thunderbird, Dbeaver, etc.).

Enfin, dernier point noir de certaines applications sous Solus : le manque de cohérence visuelle (pour rester poli). Si vous me lisez depuis longtemps, vous le savez, je suis très sensible à l’ergonomie et au design des applications. Or, de ce côté-là, certains logiciels libres ont encore énormément de chemin à faire. Et je ne suis pas le seul à le penser. Si vous êtes sensibles à cette problématique du design des logiciels libres, je vous invite à lire cet excellent billet de Julien Dubedout qui certes, date un petit peu, mais reste toujours d’actualité.

 

Conclusion

Pour le moment, Windows 10 reste mon OS de production. Je l’avoue, je me suis trop habitué aux outils de la firme de Redmond. Malheureusement, à mes yeux, Solus n’est pas encore mature. Le manque d’uniformité des logiciels et certaines incohérences ergonomiques sont pour moi rédhibitoires.

Et puis OneNote quoi ! Je ne connais, à ce jour, aucun équivalent à cet outil quasi parfait qui m’est aujourd’hui si indispensable. Je dirais même plus, c’est la pierre angulaire de mon organisation… Mon bujo numérique en somme. J’ai tellement à en dire que je pourrais y consacrer un billet, c’est vous dire. Quoiqu’il en soit, je continuerai à surveiller cette distribution prometteuse car la version 4 de Solus pourrait changer la donne, qui sait. J’espère que cette dernière corrigera les erreurs de jeunesse de cette distribution. En parallèle, je reste en quête d’un outil libre qui pourrait me détourner de OneNote.

Laisser un commentaire