Retour d’expérience : Lenovo Ideapad 5 15ITL05

Retour aux sources : Lenovo Ideapad 5 15ITL05

Et oui, comme vous l’avez sans doute déduit en découvrant le titre de ce nouveau billet, je n’ai pas conservé le Huawei Matebook 14. C’était un très beau produit, c’est indéniable, mais malheureusement certains points négatifs, déjà listés dans mon précédent billet, auront eu raison de ma confiance envers cette machine. Pour rappel, les points rédhibitoire du Matebook sont :

  • Touche Ctrl du clavier qui grince : quid de la longévité du clavier ?
  • Charnière de l’écran trop « lâche » : lorsque je déplaçais le laptop, l’écran semblait à la limite de se détacher.
  • Châssis pas du tout équilibré ! Contrairement au Surface Laptop 3, le poids du Matebook n’est pas du tout réparti correctement. Impossible de l’ouvrir à une main par exemple. Si au quotidien ce n’est pas gênant, c’est tout de même dommage sur une machine semblant aussi bien « finie ».
  • Ventilateurs, bien que silencieux, tournent très (trop ?) souvent.

Bref, je n’ai pas voulu tenter le diable et ai donc renvoyé le laptop à Amazon qui m’a remboursé en moins d’une semaine après réception du colis par leur soin. Question délai de remboursement, ils sont vraiment forts !

Un peu déçu de mes deux précédents achats « soit disant » premium, j’ai décidé d’arrêter avec les laptops bling-bling. Naturellement, je suis revenu aux fondamentaux ! Terminé les capteurs biométriques, les écrans 2K ou autres joyeusetés… cette fois, je veux un laptop qui fonctionne bien, sans fioriture ! Je suis donc parti sur une marque qui a toute ma confiance tant j’ai été satisfait par un de leur produit pendant tant d’année. Oui, cette fois, c’est un Lenovo !

Après moultes lectures de comparatifs en ligne, j’ai finalement jeté mon dévolu sur un Lenovo Ideapad 5 15ITL05 à 899 €. Suite au dernier retour sans encombre, j’ai à nouveau joué la carte Amazon. Premier changement par rapport à mes choix précédents : je suis parti sur une diagonale de 15,6 pouces pour plus de confort. Dommage que Lenovo ne propose pas une version au format 3:2 voire 16:10. Heureusement, sur du 15,6 pouces le 16:9 s’avère moins dérangeant que sur le 13,3 pouces.

Bref, ça fait maintenant quelques jours que je l’utilise quasi quotidiennement et je dois avouer que pour le moment, je suis assez séduit. 🙂 Bien que sur certains points il ne soit pas à la hauteur de mes deux précédents « essais », il n’en demeure pas moins qu’il coche toutes les cases… à peu de chose prêt.

  1. Le silence : l’Ideapad 5 est relativement silencieux. Si lors de mes sessions de développement le ventilateur se fait quelque peu entendre (je pense que PhpStorm est quelque peu fautif pour le coup), il est totalement silencieux en utilisation bureautique. Malheureusement, lorsque le ventilateur s’enclenche, il est clairement audible. Heureusement, en le passant en mode « économie de la batterie » dans l’application Lenovo Vantage, le ventilateur ne tourne que très rarement. Autre bon point : je n’ai détecté aucun « coil whine ». Ce n’est donc pas « parfaitement parfait » mais disons que c’est satisfaisant.
  2. Le clavier : Que c’est bon de revenir à un clavier Lenovo. 🙂 Certes, il ne détrône pas mon MX Keys, mais sur ce point encore, il reste satisfaisant. Le seul mini désagrément que j’ai rencontré (mais c’est vraiment du chipotage), concerne la touche « retour » (backspace). La sensation à la frappe ainsi que le bruit métallique qu’elle émet semblent différents des autres touches. Ce n’est que mon ressenti mais du coup, la touche semble moins équilibrée et plus fragile que les autres. Sans doute n’est-ce qu’une impression personnelle. Cerise sur le gâteau : le rétroéclairage est aussi de la partie.
  3. L’écran : l’Ideapad 5 est équipé d’une dalle mate IPS Full-HD. Sur ce type de dalle, pas de réel effet « Waouh » en allumant la machine. Il s’agit simplement d’un très bon écran qui fait le taff. Je n’ai rien à lui reprocher sans non plus avoir de quoi l’encenser ! Il est parfait pour le développement et la bureautique sans être extraordinaire. Si seulement il avait été au format 16:10 !
  4. L’habillage : Je ne pourrais être catégorique mais il semblerait qu’il s’agisse d’un habillage « métal ». Seuls les contours de l’écran semblent être en plastique. En tout cas, il semble solide et robuste. Certes, on est loin du niveau de finition du Microsoft Surface Laptop 3 mais il s’agit tout de même d’un très beau produit. En tout cas, niveau finition, il se défend largement face au Huawei Matebook 14.
  5. Bonus : l’autonomie. Sur ce point-là, il coiffe largement au poteau le Microsoft Surface Laptop 3 et le Huawei Matebook 14. Je pense même qu’il fait mieux que mon Dell Latitude 5510 qui est déjà très bon dans ce domaine. En tout cas, c’est vraiment du pur bonheur que de pouvoir bosser toute la journée sans se soucier du niveau de batterie. À vu de nez, je dirais qu’il tient largement les 10 heures.

Pour le moment, je suis relativement satisfait de mon achat. Je le concède, il ne joue pas du tout dans la cour des laptops « premiums » : pas de déverrouillage rapide par reconnaissance faciale, pas de lecteur d’empreinte digitale (bien que l’annonce d’Amazon indiquait le contraire), pas d’écran à effet Waouh, ventilateur qui a tendance à vite s’enclencher en mode « normal »… bref, un laptop « normal » qui fait ce qu’on lui demande ! En contrepartie : un prix plus attractif à configuration équivalente, une sensation de robustesse, une machine agréable à utiliser au quotidien sans « coil whine ».

Paradoxalement, il s’agit de l’ordinateur qui m’aura le plus convaincu des 3. À voir si je ne découvre pas de mauvaises surprises dans les prochaines semaines (j’ai jusqu’à fin mai pour le renvoyer le cas échéant).

Laisser un commentaire