Récupérer la clé produit de Windows 10 en ligne de commande (PowerShell)

Cette semaine, j’ai remplacé le disque dur de l’ordinateur portable familial par ce SSD : Kingston SSD UV500 (SUV500/240G) SATA3 2.5″ Disque Seul. (lien affilié : j’y reviendrai dans un prochain billet).

Avant de procéder à l’installation de Windows 10 sur le SSD, il me fallait récupérer la clé produit du Windows 10 installé sur le HDD.

Grâce à mon moteur de recherche, Qwant dont je préfère personnellement la version « lite« , j’ai rapidement trouvé l’astuce qui m’a permis de réaliser cette opération. Comme vous le savez, les sites ne sont pas éternels et c’est donc tout naturellement que j’ai décidé de garder une trace de la commande sur mon blog.

Par ailleurs, je vous encourage vivement à lancer cette ligne de commande et à noter la clé produit de votre Windows 10 car depuis Windows 8, les clés produits ne sont plus forcément affichées sur les appareils vu que les constructeurs considèrent qu’une partition de restauration est suffisante en cas de pépin. Or, si votre disque dur vient à rendre l’âme, vous vous retrouvez sans clé de produit ce qui, dans certains cas, pourra vite s’avérer problématique.

Mais trêve de papotage. Pour afficher votre clé de produit Windows 10, il vous suffit :

1. Exécuter PowerShell (ou cmd) en tant qu’administrateur :

Ouvrir PowerShell en tant qu'administrateur

Ouvrir PowerShell en tant qu’administrateur

 

2. Taper la ligne de commande qui va bien :

powershell "(Get-WmiObject -query 'select * from SoftwareLicensingService').OA3xOriginalProductKey"

 

Et le tour est joué. Normalement, votre clé produit devrait s’afficher. 🙂

 

N.B. : je ne sais pour quelle obscure raison, ça a fonctionné sur mes ordinateurs portables mais pas sur mon PC fixe du boulot. Si cette solution ne fonctionne pas chez vous, je vous invite donc à regarder les autres solutions proposées sur le site source dont vous trouverez le lien ci-dessous.

 

Source : https://www.malekal.com/recuperer-cle-produit-de-windows/

 

 

Windows 10 : Réparer le boot UEFI en invite de commandes

Disque dur

 

Il y a quelques semaines, j’ai installé une pré-version d’Ubuntu 18.10 Cosmic Cuttlefish en dual-boot sur mon disque. N’ayant pas vraiment été emballé par cette nouvelle version, j’ai purement et simplement supprimé la partition contenant la distribution.

Mal m’en a pris car malheureusement, je n’ai pas anticipé la catastrophe : je me retrouve avec un GRUB complètement cassé.

Naturellement, mon premier réflexe a été de booter sur mon CD d’installation de Windows 10 pour lancer l’utilitaire de réparation du démarrage du système.

 

Lire la suite…

WordPress : l’extension qui générait une erreur 500 dans /wp-admin

Apache Erreur 500

La redoutable erreur 500 !

Il y a quelques jours, nous avons mis à jour nos serveurs de production de php5.6 à php7.2. Si dans l’ensemble tout s’est bien passé, j’ai eu une assez mauvaise surprise en voulant me connecter aux back-offices de nos sites propulsés par WordPress.

J’accédais bien au site et au formulaire d’identification pour se connecter au back-office mais malheureusement, une fois le bouton « Se connecter » cliqué, je tombais sur une page affichant la redoutable erreur 500 : Internal Server Error (Erreur interne du serveur dans la langue de Molière).

La première chose à faire dans ces cas-là, c’est de trouver l’origine du problème. Logique me direz-vous ! Sachez que souvent, les erreurs 500 sont causées par des extensions présentant des incompatibilités ou des erreurs dans leur code source. Nous allons donc voir comment vérifier que votre erreur 500 n’est pas dû à une extension récalcitrante.

 

Lire la suite…

Les majuscules accentuées sous Windows

L’accès aux majuscules accentuées sous Windows est une calamité. Beaucoup tapent des combinaisons de touches imbuvables quand la majorité se contente tout simplement de s’en passer.

 

Clavier Qwerty Zoom

 

Je ne comprends d’ailleurs pas pourquoi Microsoft n’a jamais adopté par défaut la disposition clavier qu’utilise GNU/Linux. En effet, quelque soit la distribution, pour accéder à une majuscule accentuée, il suffit d’enfoncer la touche Verr Maj puis de taper la minuscule que l’on souhaite accentuer.

Par exemple, si vous saisissez Verr Maj + é vous obtenez É. Par contre, si vous tapez Maj + é, vous obtiendrez bien 2. Pratique non ?

Heureusement, un site partage généreusement la disposition clavier qui reproduit le comportement énoncé ci-dessus : http://soft.translator.free.fr/clavier_fr_esp_maj.htm

Tout est sur le site donc je ne détaillerai pas plus. Pour information, je l’utilise depuis Windows 7 et n’ai jamais relevé le moindre problème. Il est compatible quelque soit votre version de Windows.

Bonus, vous aurez même accès à certains caractères indisponibles sur les claviers azerty tel que ñ. 🙂

Sinon, vous pouvez toujours essayer de passer au bépo. 😉

 

PS : Pour info, vous pouvez passer d’une disposition clavier à un autre en tapant touche super + barre espace.

jpegoptim : Optimiser les images JPG en ligne de commande

Lorsqu’on travaille sur des outils web, il peut être intéressant d’optimiser ses images JPG afin de gagner en temps de chargement. Jpegoptim est un outil en ligne de commande permettant d’optimiser sans pertes les images JPG. Il est disponible sur Windows, MacOSX et Linux. Vous pouvez le télécharger sur http://www.freecode.com/projects/jpegoptim/.

 

Son utilisation est des plus simples :

jpegoptim [ options ] [ fichier(s) ]

 

Vous pouvez consulter la liste des options sur la page « man » dédiée.

 

Par exemple, si vous souhaitez optimiser toutes les images JPG d’un répertoire :

jpegoptim -t --all-progressive --strip-all *.jpg

Jpegoptim exemple

Options utilisées dans cet exemple :

-t : affiche les informations de traitement à l’écran (nom de fichier, résolution, config du jpg, taille origine, taille optimisée, etc.)

--all-progressive : créé des jpg progressifs : ils seront chargés progressivement et non d’un coup (pratique pour les gros fichiers)

--strip-all : enlève les méta-données (Commentaires et données Exif)

*.jpg : tous les fichiers dont l’extension est jpg

 

Simple, pratique et efficace. ^^

 

Source : https://www.skyminds.net/serveur-dedie-optimiser-toutes-les-images-jpg-et-png-avec-optipng-et-jpegoptim/

Windows 10 Courrier : configurer les ports des serveurs entrants et sortants

Si vous utilisez l’application Courrier de Windows 10, vous avez sans doute dû vous rendre compte que l’application ne propose pas de champs pour la saisie des numéros de ports pour les serveurs entrants et sortants.

Pour déclarer un port spécifique, c’est en fait très simple. Il vous suffit de l’indiquer après l’adresse du serveur. Par exemple, si vous utilisez le serveur SMTP de Gandi, renseignez l’adresse du serveur ainsi :

Configuration Windows 10 Courrier

 

Et voilà, le tour est joué !

Installer Antergos à côté de Windows 10 (Dual Boot… ou presque)

Le dernier tutoriel vidéo de Grafikart m’a donné envie de tester la distribution Antergos. Cette distribution Linux (GNU/Linux pour les puristes…) est une ArchLinux équipée d’un installateur graphique, Cnchi, ô combien pratique. En plus de Cnchi, Antergos permet de préinstaller directement certains composants logiciels (ex. Firefox, Chromium, LibreOffice, etc.). Pour avoir déjà réalisé des installations d’ArchLinux par le passé, je dois avouer que j’ai été conquis par Cnchi. C’est simple, pratique et efficace. Que demander de plus !

Il s’agit de ma première installation de l’ère post-BIOS d’une distribution. Finalement, cela a été beaucoup moins compliqué que je ne le pensais. Mais je ne peux qu’abonder dans le sens de la plupart des utilisateurs Linux : l’UEFI est vraiment une grosse daube.

Je ne vais pas vous détailler l’installation d’Antergos car finalement, il suffit de suivre Cnchi et le tour est joué. Par contre, installer une distrib à côté de Windows 10 demande quelques petits préparatifs.

 

Antergos logo

 

Lire la suite…

Mise à niveau Windows 10 sur MPMAN MPW80

Il y a quelques jours, j’ai reçu une tablette MPMAN MPW80 :

MPMAN MPW80

Ses caractéristiques sont suffisantes pour du surf et un peu de bureautique :

  • Processeur Intel Quad Core cadencé à 1,33 Ghz
  • 1 Go de RAM
  • 16 Go de mémoire interne
  • Ecran IPS 8 pouces
  • Lecteur de carte microSD
  • Microsoft Windows 8.1

 

La tablette est relativement jolie et son écran de 8 pouces est d’une qualité plus qu’acceptable.

Son point faible : sa mémoire interne. Si la jolie boite indique 16 Go de mémoire interne, il faudra vous contenter de seulement 9 Go car le reste est bouffé par la partition de restauration de Windows 8.1. Sur ces 9 Go réellement disponible, 5 sont alloués au système Windows 8.1.

Du coup, quand Windows Update m’a téléchargé l’ISO de Windows 10 sur la mémoire interne pour la mise à niveau, je me suis retrouvé avec seulement 2 Go de libre. Sur le moment, ça ne m’a pas affolé plus que ça. Mais manque de bol, lorsque j’ai lancé la mise à niveau, l’utilitaire de mise à niveau m’a gentiment informé que pour pouvoir réaliser l’opération, il lui fallait :

  • Solution 1 : 5 Go d’espace libre sur la mémoire interne –> Impossible sur cette tablette
  • Solution 2 : 16 Go d’espace libre sur un support amovible + 2,44 Go de libre sur la mémoire interne –> jouable

Je vous propose aujourd’hui un petit guide rapide et brut de décoffrage (sans captures d’écran) de la solution n°2.

Malheureusement, ce petit « How-to » ne sera pas très précis car n’ayant pas pris de notes durant l’opération de mise à niveau, je vous retranscris ici les étapes « de mémoire ». S’il vous fallait des précisions, n’hésitez pas à me contacter via le formulaire contact ou via les commentaires.

 

Lire la suite…

Notepad2 installé avec TortoiseGit : enregistrer ses préférences

Comme vous le savez, Netbeans est mon IDE de prédilection. C’est un outil impressionnant de puissance mais force est de constater que lorsqu’on désire simplement consulter un fichier hors projets, il est un peu disproportionné.

Lorsque je désire modifier ou consulter rapidement un fichier (ex. php.ini), j’ai pris l’habitude d’utiliser Notepad2, « livré » avec TortoiseGit.

Notepad2 est un bloc-notes amélioré. Il n’est pas aussi complet que Notepad++ mais est beaucoup plus léger.

La première chose que je paramètre sur un éditeur, quel qu’il soit, c’est le thème. Je suis accroc aux thèmes dits « dark », Monokaï en particulier. Le petit hic lorsque comme moi on l’utilise depuis l’arborescence de TortoiseGit, c’est qu’il n’est pas possible d’enregistrer ses préférences. Du coup, à chaque démarrage de l’application, il faut recharger le thème. Et oui, lorsqu’on tente d’enregistrer ses préférences, on tombe donc inlassablement sur ce message d’erreur :

Notepad2 : erreur à l'enregistrement

 

En fait, il est très simple de contourner ce petit problème. Il suffit de se rendre dans le répertoire contenant les outils de TortoiseGit dont notepad2.exe (par défaut : C:\Program Files\TortoiseGit\bin) et d’y créer un nouveau fichier Notepad2.ini (attention, il faut respecter cette casse).

Une fois cela fait, vous pourrez allègrement configurer Notepad2 et enregistrer vos préférences :

Notepad2 : enregistrement réussi

 

Et le tour est joué ! ^^