Auto-hébergement : expérience suspendue

Dans mon billet Auto-hébergement : le bon choix ?, je citais trois inconvénients à l’auto-hébergement : la sécurité, les sauvegardes et les pannes matérielles. Ce dernier inconvénient a eu raison de mon serveur fin de semaine dernière : le disque dur a rendu l’âme !

Pour ne pas laisser le blog trop longtemps hors-ligne, je me suis orienté vers un service de Gandi, mon fournisseur de nom de domaine : Simple Hosting. Il s’agit d’un service Paas (Platform as a service). Pour faire simple, vous disposez d’un environnement complet, à la carte, ou vous choisissez chaque élément de votre plateforme (pour ma part PHP + MySQL sur un pack S) et une instance vous est créée au jour, mois ou à l’année. Chaque instance est indépendante et autonome donc votre instance vous est entièrement dédiée. Par contre, contrairement à un serveur dédié, vous ne pouvez pas administrer le serveur (logique, c’est une instance, pas un serveur en tant que tel). Vous pouvez par contre administrer tous les services de votre instance.

Cette solution me convient donc parfaitement à l’heure actuelle car elle me laisse le temps de mener une réflexion sur mon prochain serveur. Vais-je réparer l’actuel ? Vais-je investir un petit peu de sous et me monter un petit serveur mieux équipé ? Vais-je finir par opter pour un dédié en ligne ? Je n’en sais rien pour le moment.

J’espère tout de même avoir le temps ces prochains jours d’aboutir ma réflexion et de rapidement revenir aux affaires. Contre toutes attentes, je pensais qu’une fois mon serveur décédé je serais soulagé de revenir à une solution gérée par un tiers. Je me rends compte que non, j’ai envie de continuer cette aventure de l’auto-hébergement. Malgré les heures passées à administrer, malgré les arrachages de cheveux, malgré les coupures intempestives… oui, malgré tout cela, je prends énormément de plaisir à gérer mes données.

Laisser un commentaire