Brouillon oublié : Coup de blues numérique

Illustration manuscrit
Brouillons oubliés

Plus d’un mois et demi se sont écoulés depuis la dernière publication de la série des brouillons oubliés. Mais comme je le disais dans mon dernier édito, j’en ai encore quelques-uns sous le coude. On continue donc avec ce 6ème billet où je ne parle ni de mon matériel, ni de logiciel mais d’un état d’âme. En effet, en août 2016 je traversais une petite phase de lassitude du numérique. Un soir, installé confortablement dans le TER, je m’épanchais dans un brouillon que j’allais compléter à plusieurs reprises par la suite.

J’ai écris ce billet en plusieurs fois. Peut-être vous paraîtra-t-il pessimiste mais mon but est simplement de faire un point sur ma vision de l’outil Internet à l’aube de mes 33 ans.

Est-ce dû à l’âge ? Je ne sais pas, mais en tout cas, j’ai passé un cap dans ma vie numérique. Je n’apprécie guère les réseaux sociaux (je n’arrive toujours pas à en avoir une utilisation « utile »). Je ne joue pas à Pokemon GO et à vrai dire, je ne joue pas avec mon smartphone. Je ne cours plus non plus derrière les nouveautés matérielles (informatique, TV, etc…).

Actuellement, je me pose pas mal de questions. Comme beaucoup de blogueur, je commence sincèrement à douter de notre ère informatique. Jusqu’alors, je trouvais qu’Internet était un outil génialissime. Grâce à cette interconnexion de nos machines, nous étions enfin en mesure de partager la connaissance sans limite. Malheureusement, ce n’est pas la connaissance qui à émergé de cet outil, mais bel et bien la bêtise dans toute sa splendeur. Pour illustrer mon propos, je vais citer quelques exemples de mon quotidien virtuel :

Réseau sociaux : je ne me considère pas comme un « Grammar Nazi », loin de là, et je fais moi-même des fautes d’orthographes. Cela dit, j’essaie autant que faire se peut d’écrire dans un français correct. Sur les réseaux sociaux, aucun effort n’est fait. Pire, certaines publications sont illisibles ou indéchiffrables.

Blog : les commentaires sur les blogs sont consternants. Parfois même violents ! Si bien que de nombreux blogueurs sont obligés de modérer avant publication, voire de désactiver purement et simplement les commentaires.

Youtube et autre Vlog : alors là, je pense qu’on touche le fond. Il est vrai que certains youtubeurs ont réussi et créent du contenu de qualité. Mais beaucoup sont… d’une nullité totale. On oscille entre voyeurisme et vulgarité pour beaucoup.

Voilà, mon brouillon s’arrêtait là. Il n’est pas très long car mon état de lassitude du numérique n’avait heureusement pas duré très longtemps. J’ai tout de même décidé de le publier car malgré ses lacunes évidentes, j’y aborde un point qui me semble tout de même intéressant : les travers d’Internet. Comme dit plus haut, je trouve qu’Internet est un outil génialissime. Je pense que c’est une des plus belles inventions de l’Homme. Pouvoir disposer de la connaissance sans limite, pouvoir partager sans frontière : quelle chance inouïe !

Mais comme toute chose, il y a un revers de la médaille. Et pour Internet, c’est l’imbécillité d’une partie de ses utilisateurs. Au lieu d’utiliser cet outil à bon escient (apprendre, débattre de manière constructive, créer, etc.), beaucoup en profite pour déverser leur bêtise voire leur haine. Cerise sur le gâteau, souvent ils ne sont pas foutus d’aligner deux « mots » sans faire de fautes.

Sans commentaire
Sans commentaire

Malheureusement, ce sont toujours ceux qui s’agitent le plus qui sont les plus visibles que ce soit IRL ou sur Internet. Du coup, Internet est perçu comme une zone d’anarchie totale, sans limite où tout un chacun peut dire ce qu’il veut quand il veut sous couvert d’anonymat. Ce serait possible si l’intelligence et la courtoisie prédominaient mais c’est loin d’être le cas. En attendant, des lois sont votées pour réprimander les comportements abusifs. Oui, on en est là.

Globalement, je pense qu’il y a un problème général, qui dépasse aujourd’hui le simple monde virtuel : le manque de respect. Il faut rééduquer les gens. Que ce soit sur Internet ou dans la vie réelle, nous devons nous respecter, respecter les autres. Acceptons les avis divergents, débattons, avançons, mais toujours dans le respect et si possible la bonne humeur. 😛

Malheureusement, à ce jour, je dois bien avouer que même si je trouve qu’Internet est un outil formidable et une mine de connaissance, je n’y laisserais pas mes enfants sans surveillance. Moi-même, je suis très mesuré dans l’utilisation de certains outils, en particulier les réseaux sociaux où je ne publie que très peu. Si j’ai des choses à dire, je préfère de loin le faire sur mon petit bout de web où quoiqu’il arrive, je garde un semblant de contrôle.

Laisser un commentaire