Auto-hébergement : le bon choix ?

Depuis quelques mois, j’avais envie de me relancer dans l’auto-hébergement. J’avais déjà tenté l’expérience en 2010. Suite à un déménagement fin 2010, j’avais débranché mon serveur et ne l’avais jamais rebranché depuis. Début octobre 2014, j’ai donc ressorti mon petit serveur et ai réinstallé la bête… Bilan après un mois d’utilisation.

Je vois 3 « inconvénients » majeurs à l’auto-hébergement : la sécurité, les sauvegardes et les pannes matérielles.

La sécurité est le point qui me tracasse le plus. J’ai quelques notions de paramétrage de fail2ban et iptables mais je ne pense pas que cela sera suffisant dans la durée. D’autre part, j’ai la crainte de corrompre la sécurité de mon réseau local.

Les sauvegardes ne sont pas réellement un problème vu mon usage. Pour l’instant, le serveur n’héberge que mon blog et un petit serveur de mail qui ne me sert qu’à des fins de tests. Les sauvegardes sont donc relativement simples à effectuer. Grâce à PluXml, il me suffit de garder une copie des fichiers XML et le tour est joué.

Mon serveur est un netbook MSI Wind U100 de 2008. C’est une petite machine, totalement dépassée mais bougrement efficace comme petit serveur Web perso. Ce qui me fait un peu peur, c’est qu’il commence à avoir du vécu. Du coup, si une panne matérielle se manifestait, j’aurai passé des heures à paramétrer ce serveur pour rien. Bref, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas totalement confiance en mon matériel.

Alors, s’autohéberger est-il un bon choix ? Pour le moment, je pense que je vais laisser mon blog tourner sur mon petit serveur perso. Cela dit, si la machine venait à défaillir, je ne resterai pas sur une solution auto-hébergée. Trop chronophage et trop risquée à mon goût. YunoHost (je reviendrai sur cette solution dans un billet à venir) m’a largement facilité la tâche mais j’ai tout de même passé des heures à paramétrer correctement les DNS, le serveur Nginx, etc. L’auto-hébergement est une solution d’apprentissage excellente mais très vite on se rend compte de ses limites de temps et de compétences et le passage à un prestataire prend tout son sens. Finalement, ne vaut-il pas mieux prendre du temps à rédiger du contenu plutôt qu’à gérer le contenant ?

2 commentaires

Bonjour Olivier,

Navré pour ce délai de réponse. En fait, j’ai opté pour une instance Gandi Simple Hosting pour sa simplicité. C’est une solution qui se situe entre le mutualisé et le dédié et ça répond à 100 % à mes besoins. Un bémol tout de même : le coût que je trouve un peu élevé.

En tout cas, je ne pense pas revenir à l’auto-hébergement de sitôt car beaucoup trop chronophage…

Laisser un commentaire